Les principes de l’assurance auto

Une assurance auto est une opération qui permet de couvrir des risques liés à un accident qu’occasionne ou que subit un véhicule. Il s’agit d’une opération qui inclut des garanties obligatoires, mais elle peut également regrouper des formules facultatives.

Comment ça marche ?

Une automobile, voiture ou moto, est toujours susceptible d’être à l’origine d’un accident lorsqu’elle circule. Raison pour laquelle, avant sa mise en circulation, la loi exige la souscription d’une assurance auto.

Au moins, le propriétaire du véhicule devrait souscrire une formule responsabilité civile. Une circulation sans couverture est pénalisée par le paiement d’une amende. Elle peut amener à la confiscation de la voiture en question et du permis de la personne qui la conduit.

L’objectif de la souscription d’une assurance auto est d’assurer à ce qu’un dommage causé par le souscripteur puisse être indemnisé. C’est le tiers qui a subi le sinistre qui bénéficie de cette indemnisation pour une formule basique. En cas de contraction pour des offres facultatives, il existe de nombreuses garanties pouvant également être couvertes.  

Les formules couramment proposées

Les offreurs d’assurance auto existent de nos jours en nombre incalculable. Les formules qu’ils proposent sont également de plus en plus nombreuses. Toutefois, il existe 3 grandes catégories de couvertures dont un demandeur peut bénéficier : une offre pour un tiers simple, celle pour un tiers amélioré ou une opération tous risques.

En optant pour une formule à la fois obligatoire et facultative, le propriétaire du véhicule répond aux exigences de la loi et protège ses intérêts. En effet, une assurance auto tout risque permet d’être indemnisé en cas de sinistre causé ou de celui subi pour le conducteur ou par le véhicule. Les garanties couvrent les bris de glace, les dommages tous accidents, les incendies ou le vol en plus de la responsabilité civile.

Les garanties possibles en assurance auto

Les accidents de circulation sont en grande partie occasionnés par les voitures et les motos à vitesse. C’est ce qui fait que l’assurance auto constitue une couverture incontournable en plus du fait que sa souscription est imposée par la loi.

La responsabilité civile des véhicules automoteurs

Il existe de nombreuses garanties auxquelles la souscription d’une assurance auto permet d’accéder. Cependant, c’est la contraction d’une responsabilité civile des véhicules automoteurs qui est obligatoire pour les propriétaires mettant leur voiture ou leur moto en circulation. C’est la loi qui l’impose.

La couverture qu’une telle formule propose va en direction des personnes victimes d’un accident qu’a occasionné le souscripteur. La garantie inclut aussi bien les dommages corporels que ceux matériels. Pourtant, il faut savoir que cette assurance auto ne couvre pas le conducteur du véhicule s’il se blesse.

Cette offre n’indemnise pas non plus les dégâts matériels subis par l’automobile en question. Raison pour laquelle, la majorité des gens souscrivent d’autres formules complémentaires en plus de cette prestation minimale.

Les autres garanties

La loi n’impose que la contraction d’une assurance auto qui indemnise le sinistre subi par un tiers ou ses biens. Toutefois, le fait de bénéficier de garanties supplémentaires est avantageux pour un souscripteur potentiel.

Certaines offres permettent de couvrir les dégâts que subit l’automobile assurée. C’est surtout le cas de l’omnium et du mini-omnium. D’autres formules garantissent la couverture des frais de justice en cas de litige lié à un accident. Il existe des prestations qui vont uniquement en direction des dommages corporels subis par la personne qui a conduit la voiture.

Par ailleurs, certaines opérations comme l’assistance assurent à ce que le demandeur bénéficie d’une aide en cas de panne en cours de route. Le demandeur est libre d’opter pour une assurance auto complémentaire ou pour plusieurs d’entre elles à la fois.

Les éléments qui influencent le tarif d’assurance auto

Les assureurs d’assurance auto proposent plusieurs variétés de produits qui se destinent à des propriétaires de véhicule variés. En plus de la souscription obligatoire, il existe de nombreuses formules facultatives qu’un demandeur est libre de contracter. Cependant, dans tous les cas, le tarif appliqué varie en considérant différents paramètres.

Influence des garanties proposées

Une assurance auto permet de couvrir un dommage causé à un tiers ou à ses biens lors d’une couverture de la responsabilité civile du souscripteur. Cependant, il existe aussi des garanties complémentaires dont il peut bénéficier selon la formule supplémentaire pour laquelle il opte.

Le montant de la prime varie principalement en fonction de cette garantie. Une opération qui couvre uniquement le bris de glace en plus des dommages causés à autrui donne lieu à une cotisation plus réduite par rapport à une couverture tous risques.

Un souscripteur d’assurance auto est libre de choisir une seule opération ou de contracter plusieurs formules en même temps. L’étendue de la couverture constitue un paramètre influençant grandement le coût de l’opération effectuée.

Le véhicule et son conducteur

En plus des garanties proposées, le véhicule à assurer et son conducteur déterminent aussi la prime à payer en assurance auto. La marque, le type, le modèle et la mise en circulation de l’automobile en question sont souvent demandés par les assureurs avant de fixer cette cotisation.

Certaines voitures ou certaines motos ont plus de probabilité de faire survenir le risque couvert par rapport à d’autres. L’établissement offreur tient compte de ce fait afin de ne pas sortir perdant dans cette opération.

En outre, l’expérience de celui qui va conduire la voiture est tenue compte lors de la souscription d’une assurance auto. Un jeune conducteur ne bénéficie pas du même tarif qu’une personne expérimentée en matière de conduite.

Le simulateur d’assurance auto

Le marché de l’assurance auto a vu les offres et les demandes s’accroître avec le temps depuis plusieurs années. C’est ce qui a également conduit à augmenter le nombre des assureurs et des formules qu’ils proposent sur le marché. Afin de mieux s’y retrouver, les prospecteurs peuvent utiliser un qui permet d’avoir des devis et de faire des comparaisons.

Quelle l’utilité de cet outil ?

Un simulateur d’assurance auto est un dispositif proposé couramment au niveau des plateformes en ligne. Il permet de comparer plusieurs offres sur le marché. Pour ce faire, il suffit à un particulier d’introduire les informations concernant la prestation qu’il souhaite avoir.

Cet outil lui indique la formule qui lui est adaptée et auprès de laquelle il devrait faire sa souscription.

La plupart des temps, les informations qu’un simulateur d’assurance auto permet d’avoir concernent la prime à payer pour une offre donnée, les garanties et l’indemnisation à bénéficier.

C’est sous forme d’un devis que chaque résultat proposé est mis à la disposition d’un demandeur. Il est seulement nécessaire d’être rigoureux en fournissant les informations qu’il demande et ce dispositif offre le résultat recherché.

Comment ça marche ?

En assurance auto comme pour toute autre branche d’assurance, le simulateur est accessible principalement à travers des sites web. Les offreurs qui interviennent uniquement dans cette branche d’activité sont nombreux. Ils travaillent en partenariat avec des établissements assureurs.

Tous les moteurs de recherche y donnent accès sans difficulté. Au niveau d’une plateforme donnée, un simulateur d’assurance auto s’utilise en quelques clics seulement. La majorité d’entre eux demande de remplir un formulaire qui se présente sous forme d’un questionnaire.

Une fois les renseignements concernant le véhicule et le conducteur entrés, il suffit d’attendre qu’il oriente ver un devis. Tout cela se fait gratuitement et en un rien de temps.

L’assurance auto au tiers

Une assurance auto est proposée sous plusieurs formules. Certaines d’entre elles sont imposées par la loi, mais d’autres sont facultatives. L’assurance au tiers constitue un minimum légal à souscrire avant la mise en circulation d’un véhicule.

L’objectif de la couverture

L’assurance auto au tiers doit obligatoirement être souscrite pour couvrir les dommages que le véhicule assuré peut causer à un ou à plusieurs victimes. La présence de cette couverture dispense le souscripteur de dédommager les sinistrés.

C’est l’assureur qui paie à sa place ou du moins qui rembourse les dépenses liées au sinistre en question. En contrepartie, la personne assurée paie une cotisation d’une façon périodique selon ce qui a été convenu dans le contrat. C’est seulement lorsque le risque survient qu’il y a une indemnisation. Sinon, le propriétaire continue à payer la prime.

Dans cette catégorie d’assurance auto, le dédommagement va en direction des tiers à qui des préjudices ont été causés ou à leurs biens. Le souscripteur ne bénéficie rien tant par rapport aux dégâts corporels que le conducteur a subis qu’en ce qui concerne les conséquences matérielles.

Possibilité d’ajouter des options

Afin de bénéficier de plus de garanties en assurance auto au tiers, le souscripteur peut demander d’ajouter d’autres options. Il est possible de demander une couverture complémentaire en matière de protection juridique.

Cette offre est utile lors d’un litige en raison du fait que le conducteur avec qui l’assuré a fait un accident nie ses responsabilités. Dans ce cas, une aide juridique est nécessaire et les dépenses liées à l’ensemble des opérations effectuées sont payées par l’assureur.

La garantie assistance constitue également une option en assurance auto au tiers pour lequel un particulier peut opter. Sa couverture est primordiale en cas de panne ou de nécessité de remorquage lors du déplacement du véhicule assuré.

L’assistance en assurance auto

Une assurance auto est connue comme étant une couverture qui permet de dédommager des tiers à qui un souscripteur a causé des préjudices. Toutefois, il faut également savoir que parmi les formules proposées par les offreurs, il est possible de bénéficier d’une assistance en cas de panne ou d’accident.

Les éléments couverts par ce contrat

Lors d’un fréquent déplacement, notamment au niveau des endroits éloignés des dépanneurs, une voiture qui tombe en panne peut causer un grand souci à son conducteur. C’est pareil lors des accidents qui peuvent arriver à tout moment sans tenir compte de l’endroit où vous vous trouvez.

La souscription d’une formule d’assurance auto connue sous l’appellation d’assistance sert à trouver facilement des solutions lorsque ces problèmes surviennent. Cette offre permet de bénéficier d’un dépannage sur place ainsi que d’un remorquage.

Bien sûr comme toute offre d’assurance auto, cette opération implique de payer des cotisations périodiquement et les garanties couvertes sont indiquées dans le contrat. Le demandeur est libre de faire son choix parmi les prestations proposées par une variété d’assureurs qui peuvent ne pas offrir le même tarif.

Les services d’assistance supplémentaires 

Cette assurance auto ne se limite pas à du dépannage ou à du remorquage indiqué au niveau de certaines polices. La couverture peut encore aller plus loin. En effet, certains établissements assureurs permettent de conclure un contrat donnant lieu à un remplacement de véhicule en cas de survenance du risque couvert.

Toujours dans le cadre d’une assurance auto assistance, il est possible d’obtenir un frais d’hôtel si le souscripteur ne parvient pas rapidement à se déplacer de l’endroit où la panne a eu lieu. Par ailleurs, il est possible de solliciter des services à l’étranger en optant pour certaines offres. Le montant de la prime à payer varie en considérant ces garanties.

La règle du bonus-malus en assurance auto

Une assurance auto permet de couvrir des risques liés à un accident qu’un souscripteur occasionne ou subi. Toutefois, si l’assuré ne se trouve à l’origine d’aucun sinistre sur une durée déterminée, il bénéficie d’un bonus. Dans le cas contraire, il est pénalisé par un malus.

De quoi s’agit-il ?

Il s’agit d’un coefficient qui abaisse ou augmente la prime annuelle en assurance auto selon certaines conditions. Le calcul se fait souvent en pourcentage de cette cotisation et il est variable. Il est fréquemment nécessaire qu’un assureur le mentionne dans le contrat au cas où il prévoit d’accorder un bonus ou de tirer un malus.

Dans certains pays et avec certains assureurs, ce bonus-malus suit le souscripteur partout où il va lorsqu’il change d’offreurs. C’est la même chose lorsqu’il remplace son véhicule par un autre. En outre, l’accord peut le suivre lorsqu’il souscrit une assurance auto pour une seconde automobile.

Cependant, il faut savoir que ce ne sont pas tous les établissements proposant ce service qui adhèrent à une telle pratique. Il est nécessaire qu’un demandeur s’informe sur ce point avant de passer à la signature du contrat.

La signification du bonus et du malus

En assurance auto, le bonus est l’équivalent d’une diminution de la prime d’assurance. En principe, cette cotisation connait une baisse de 10 % tous les ans au cours des 2 premières années et si le souscripteur n’est responsable d’aucun sinistre.

Lorsque d’autres années s’ajoutent à celles-ci, cette baisse se limite à 5 % par an jusqu’à un plafond égal à 50 %. Un calcul global permet de déduire un coefficient de 0,5 après 8 ans. Pour ce qui est du malus, en assurance auto, il s’agit d’une augmentation de la prime au fur et à mesure qu’un sinistre survient à la responsabilité du souscripteur.

La protection juridique en assurance auto

Lors d’un accident de voiture, certaines parties concernées ne reconnaissent pas leur responsabilité. La souscription d’une assurance auto protection juridique permet à la victime de défendre ses droits en justice et d’avoir une indemnisation sur les dépenses qu’il effectue.

Les bonnes raisons de solliciter cette offre

Une assurance auto ne doit pas seulement être souscrite pour se conformer aux exigences de la loi. Sa souscription devrait également viser à protéger le propriétaire de la voiture s’il subit un préjudice et que l’autre partie ne veut pas l’indemniser.

Le minimum légal que la loi impose en matière d’assurance auto permet d’être à l’abri de faire des dépenses allant à la direction d’un tiers lorsque le souscripteur est responsable de l’accident. Cependant, il se peut qu’il en soit également victime donnant lieu à son dédommagement.

Si la personne qui est à l’origine du sinistre refuse de payer, il est possible de le traîner en justice. Cependant, certaines victimes craignent de sortir perdant ne sachant pas comment s’y prendre pour convaincre l’autre partie. D’autres sont réticents par rapport au coût d’une telle action qui peut être considérablement élevé. C’est là que la garantie protection juridique intervient.

Comment ça marche ?

En assurance auto, la protection juridique permet de bénéficier d’une aide et de tous les conseils nécessaires concernant le genre de litige précédemment décrit. Il offre au souscripteur le choix de défendre ses droits à l’amiable. Cependant, à travers cette couverture, il a également la liberté d’aller en justice.

Une assurance auto permet d’autre part de bénéficier d’une prise en charge de frais. Les dépenses à faire peuvent concerner le paiement d’un avocat ou d’un huissier. Ce qui conduit à l’allègement des sorties d’argent par rapport à une situation où l’assuré ait à supporter les frais tout seul.  

Comprendre les principes de l’assurance conducteur

La loi impose la souscription d’une assurance auto pour que les véhicules à moteur terrestres puissent être mis en circulation. Cependant, la couverture minimale légale ne permet pas d’indemniser les dommages corporels subis par le conducteur. Afin de considérer également ce risque, le souscripteur peut ajouter une garantie supplémentaire.

Couvrir les blessures du conducteur

Le souscripteur d’une assurance auto qui est responsable d’un accident causé à un tiers bénéficie d’un remboursement lorsqu’il dédommage les victimes. Cependant, la responsabilité civile ne couvre en aucun cas les blessures de la personne qui a conduit.

En contractant une formule qui donne lieu à une garantie couvrant le conducteur, les dommages corporels qu’il subit sont pris en charge même s’il est responsable de l’accident. Dans ce cas, l’assurance auto rembourse les frais médicaux et les hospitalisations.

Cette offre couvre également les invalidités temporaires ou celles permanentes. Dans une circonstance pareille, le degré du handicap est pris en considération. C’est pareil en ce qui concerne la capacité mentale ou physique de l’individu couvert.

Si la personne en question meurt, il y a une possibilité de versement de capital aux individus qui lui sont proches. Les conditions d’obtention de l’indemnisation sont souvent indiquées dans la police.

Annulation du remboursement

Le contenu d’un contrat d’assurance auto conducteur indique déjà les garanties que l’assureur prend en charge. Elles varient d’un offreur à un autre tout en considérant plusieurs paramètres influençant la possibilité de la survenance du sinistre.

Cependant, dans la plupart des cas, lorsque la personne qui conduit n’a pas de permis, le remboursement peut ne pas avoir lieu. C’est valable pour une offre qui couvre un conducteur comme pour une assurance auto standard.

En outre, il faut savoir qu’une conduite en état d’ivresse ou après avoir consommé une substance illicite peut conduire au non-remboursement en assurance auto conducteur.

Ce que les assureurs ne couvrent pas en assurance auto

La souscription d’une assurance auto vise en grande partie à couvrir les risques qu’un conducteur peut causer à autrui ou des sinistres qu’il peut subir. Toutefois, il faut savoir que dans les deux cas, il y a des situations où l’assureur n’indemnise pas le souscripteur.

L’absence de permis de conduire

Un conducteur qui n’a pas de permis de conduire ne devrait pas se mettre au volant. Un véhicule couvert par une assurance auto, mais qui est conduit par une personne ne détenant pas de permis est synonyme d’une voiture non assurée.

La majorité des assureurs définissent dès la signature du contrat les circonstances qui ne donnent pas lieu aux remboursements du souscripteur. Cette mise en circulation sans détention de permis de celui qui se met au volant en fait partie.

Dans ce cas, le propriétaire reste le seul responsable du dédommagement d’un préjudice causé à un tiers ou à ses biens. Le dommage corporel de l’individu qui conduit ainsi que les dégâts matériels ne sont pas non plus couverts par l’assurance auto.

Un taux d’alcoolémie élevé

L’assurance auto ne donne pas lieu à une indemnisation si la personne qui a conduit l’automobile assurée ayant eu un accident est ivre. Si son taux d’alcoolémie est supérieur au seuil légal, il ne couvre pas les dommages qu’il a subis ou qu’il a occasionnés.

Une fois encore, la plupart des assureurs mentionnent ce fait avant même de passer à la conclusion du contrat. De toute façon, une conduite en état d’ivresse est punie par la loi. La consommation d’autres substances illicites en dehors de l’alcool peut aussi conduire à la non-couverture d’un risque.

En assurance auto, le montant de la prime à payer varie en tenant compte du conducteur, incluant son historique en matière de conduite.