Ce que les assureurs ne couvrent pas en assurance auto

La souscription d’une assurance auto vise en grande partie à couvrir les risques qu’un conducteur peut causer à autrui ou des sinistres qu’il peut subir. Toutefois, il faut savoir que dans les deux cas, il y a des situations où l’assureur n’indemnise pas le souscripteur.

L’absence de permis de conduire

Un conducteur qui n’a pas de permis de conduire ne devrait pas se mettre au volant. Un véhicule couvert par une assurance auto, mais qui est conduit par une personne ne détenant pas de permis est synonyme d’une voiture non assurée.

La majorité des assureurs définissent dès la signature du contrat les circonstances qui ne donnent pas lieu aux remboursements du souscripteur. Cette mise en circulation sans détention de permis de celui qui se met au volant en fait partie.

Dans ce cas, le propriétaire reste le seul responsable du dédommagement d’un préjudice causé à un tiers ou à ses biens. Le dommage corporel de l’individu qui conduit ainsi que les dégâts matériels ne sont pas non plus couverts par l’assurance auto.

Un taux d’alcoolémie élevé

L’assurance auto ne donne pas lieu à une indemnisation si la personne qui a conduit l’automobile assurée ayant eu un accident est ivre. Si son taux d’alcoolémie est supérieur au seuil légal, il ne couvre pas les dommages qu’il a subis ou qu’il a occasionnés.

Une fois encore, la plupart des assureurs mentionnent ce fait avant même de passer à la conclusion du contrat. De toute façon, une conduite en état d’ivresse est punie par la loi. La consommation d’autres substances illicites en dehors de l’alcool peut aussi conduire à la non-couverture d’un risque.

En assurance auto, le montant de la prime à payer varie en tenant compte du conducteur, incluant son historique en matière de conduite.